Entretien avec Andréas Becker

becker_BAN - copie

Bertrand Schmid – Andréas, tu as déjà publié deux romans et (au moins) quelques textes qui proposent une approche « incarnée » de la langue. D’où te vient ce goût pour la différence et pour la « mise en bouche » de chaque parole ? Continuer à lire … « Entretien avec Andréas Becker »

Rencontre avec Viceversa Littérature

viceversa.jpg

Nous vous proposons ci-dessous la transcription partielle de la rencontre organisée par Tulalu!? avec viceversa littérature, qui eut lieu le 28 novembre à la Galerie HumuS, à Lausanne. Continuer à lire … « Rencontre avec Viceversa Littérature »

Débat entre Damien Murith et Francesco Micieli

micieli-murith

Pierre Fankhauser – Une des thématiques de votre livre, Francesco, est le rapport à la langue, sa propre langue, la langue de l’autre, la façon dont on navigue entre les différentes langues. De votre côté, Damien, La Lune assassinée est un livre de peu de mots, la langue est très concise, peut-être celle parlée par les gens qui n’ont pas les mots ou qui ont envie d’en utiliser très peu. Continuer à lire … « Débat entre Damien Murith et Francesco Micieli »

Je sais juste que mon père a de grosses mains – Francesco Micieli

Micieli_Trilogie-BAN-1.jpg

Écrire, c’est utiliser une langue. Évidence qui prend une nouvelle saveur chez Francesco Micieli, qui n’use pas de celle de ses parents, ni de celle du pouvoir mais bien de celle de l’immigration, pour nous raconter sa saga familiale. Continuer à lire … « Je sais juste que mon père a de grosses mains – Francesco Micieli »