Bandit – Molly Brodak

Bandit

Dans un délicat paradoxe, me surprends à chercher sur Internet pourquoi Molly Brodak a décidé de mettre fin à sa vie, au terme d’une lecture qui justement tournait autour d’une autre question, pourquoi son père avait-il choisi de braquer des banques, question dont j’estimais, dans une hâtive précipitation et avec une pointe d’arrogance, qu’elle n’avait, tout simplement, pas plus de réponse que le très concret appât du gain, ou la non moins concrète obligation de rembourser ses dettes.  Continuer à lire … « Bandit – Molly Brodak »

Je suis la bête – Andrea Donaera

Je suis la bête

Tout tourne dans la tête de Mimì, tout tourne, boucle, où s’envenime le passé, les passés, l’éternelle litanie des yeux qui ne se regardent pas, des yeux qui se ferment sur les bouches qui s’ouvrent. Continuer à lire … « Je suis la bête – Andrea Donaera »

L’Institut – Stephen King

L'Institut King

À chaque lecture du King – elles sont moins nombreuses qu’elles ne furent systématiques – je me demande toujours si c’est lui qui a vieilli, ou moi, nous deux dans un sourire qui vaut sa nostalgie pour les longues nuits d’insomnies, déjà, qui me tenaient éveillée, un œil sur la pleine lune, l’autre sur celle qui se profilait dans la touffeur de ses pages. Continuer à lire … « L’Institut – Stephen King »

Une République lumineuse – Andrés Barba

Une république lumineuse

(Il faudrait qu’on) S’en souvienne, nous oublierons, qu’hier, il y a peu, les enfants, nos enfants, contaminaient, brève peur, bref doute, bras qui se tendent et qui vrillent. Un autre regard porté sur ce que nous avons mis au monde, pensions policé, pensions maîtrisé, et en écho d’un futur qui n’existait pas, Une République lumineuse, qui pose là le segment, la crainte, le fossé entre eux, et nous. Continuer à lire … « Une République lumineuse – Andrés Barba »

Le Monstre de la mémoire – Yishaï Sarid

le-monstre-de-la-memoire

Il y a des histoires qui sentent la cendre et le feu, Le Monstre de la mémoire est de ces remarquables histoires, de ces livres dont on se dit qu’ils devront rester car, au risque de s’y brûler, ils allument les flammèches qui nous élèvent un peu plus haut. Continuer à lire … « Le Monstre de la mémoire – Yishaï Sarid »